Bibliothèques publiques – un aide mémoire

Harrod’s librarians’ glossary :

“A library provided wholly or partly from public funds, and the use of which is not restricted to any class of persons in the community but is freely available to all.”

The librarian’s thesaurus. ALA :

“An agency established by a municipality, country, or region to provide materials and services to all residents within the jurisdiction. In some cases, «public library» is legally defined by state statutes. Funding for public libraries comes primarily from the local jurisdiction, with state and federal sources possibly providing additional funding.”

Introduction aux sciences de l’information sous la direction de Jean-Michel Salaün et de Clément Arsenault, page 32 :

“Les bibliothèques publiques s’adressent au public dans son ensemble, sans distinction d’âge, de sexe, de religion, de nationalité, de langue ou de statut social. Leurs principales missions sont l’information, l’alphabétisation, l’éducation et la culture selon l’UNESCO.”

Manifeste de l’UNESCO :

“La liberté, la prospérité, le progrès de la société et l’épanouissement de l’individu sont des valeurs humaines fondamentales, que seule l’existence de citoyens bien informés, capables d’exercer leurs droits démocratiques et de jouer un rôle actif dans la société permet de concrétiser. Or, participation constructive et progrès de la démocratie requièrent une éducation satisfaisante, en même temps qu’un accès gratuit et sans restriction au savoir, à la pensée, à la culture et à l’information.”

Il y a deux grands types des bibliothèques publiques, celles qui dépendent directement ou indirectement d’une ville et celles qui sont organisées dans un réseau pour couvrir un territoire plus vaste. Ces bibliothèques organisées en réseau ont un siège central avec une collection plus riche et plusieurs succursales dans la région desservie. Les ressources : les collections, les employés, etc. seront partagés entre les différentes succursales et le siège central.

Au Québec aussi, nous retrouvons ces deux types des bibliothèques :

  • Les bibliothèques publiques autonomes, qui relèvent directement d’une municipalité, ou d’un organisme désigné par la municipalité pour gérer la bibliothèque.
  • Les Centres régionaux de services aux bibliothèques publiques (CRSBP), connus aussi sous le nom de Réseau Biblio, vont desservir les communautés de moins de 5000 habitants. Les CRSBP fonctionnent comme une entreprise, ils sont gérés par un conseil d’administration. Leurs premières sources de financement viennent de la part du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.

 Les services

Selon Lauren Presley, dans So you want to be a librarian elle écrit :

“Public libraries are a model of customer service. They understand that they have to illustrate their usefulness to the community to continue to exist.” (p.36)

“Public libraries offer programming as a way to bring together, to educate community members, and to help increase awareness of their services. These programes also allow librarians to reach out to the community and to provide a community space.” (p. 37)

Donc, les bibliothèques publiques offrent une espace de rencontre pour la communauté. Ils vont organiser des clubs de lecture, un excellent moyen pour encourager la lecture et de rapprocher la communauté autour d’un sujet.

Ils ont aussi un rôle éducatif, les bibliothécaires vont promouvoir la littératie de la langue officielle pour ceux qui ne sont pas natifs de cette langue. Souvent, les nouveaux arrivants vont trouver dans les bibliothèques les ressources pour mieux comprendre la culture locale, de l’aide pour se préparer pour l’examen de citoyenneté et des informations concernant les élections.

Un autre aspect éducatif, c’est la promotion de la littératie informatique pour réduire la fracture numérique dans le sein de la communauté qu’ils desservent. Ils vont organiser des cours d’initiation dans l’utilisation des ordinateurs et de l’Internet.

L’accessibilité universelle des services offerts par les bibliothèques publiques est très importante et il a été réitéré dans le rapport d’ASTED de 2011, Bibliothèques d’aujourd’hui. Lignes directrices pour les bibliothèques publiques du Québec. Ceci inclut, la gratuité, la proximité, la prolongation des heures d’ouverture, les services à distance, les services adaptés et les services hors de mur (bibliobus, activités itinérantes).

Les usagers

Les bibliothèques publiques desservent le public en générale :

“Public libraries serve the general public. This means they have to keep a wide variety of people in mind. Public libraries serve the youngest members of the community to the oldest, the financially secure to the least. They serve people in every career and vocation. They also intend to serve all community members whether they walk through the library door or not.” (Presley, p.39)

Au Congrès des milieux documentaires de 2012, nous avons vu l’exemple de la Bibliothèque d’Utrecht, qui a un programme “Bienne démarrer ” pour les parents des nouveaux nés. Ils sont invités à la bibliothèque pour leur parler de l’importance de la lecture dans le développement de leur enfant.

Pour les très petits, les bibliothèques vont organiser plusieurs activités autour de la lecture, les heures du conte, les rencontres avec les auteurs, etc.

Pour les adolescents, le groupe le plus susceptible de s’éloigner les bibliothèques vont chercher des moyens pour les retenir comme usagers. Les bibliothèques vont utiliser les réseaux sociaux, vont créer d’évènements thématiques, des soirées de jeux et des tournois des jeux vidéo.

Pour les adultes les bibliothèques vont offrir l’accès aux livres, aux livres audio, aux livres numériques, aux journaux, etc.

 Tendances

L’ASTED dans son rapport de 2011 lance plusieurs recommandations :

  •  le développement durable (à prendre en considération pour tout rénovation et nouvelle construction)
  • accessibilité universelle, accès physique et  accès au services en ligne (WCAG 2.0)
  • la bibliothèque numérique, l’offre des livres numérique
  • utilisation des médias sociaux comme outil de communication
  • utilisation des logiciels libres
  • accès Internet sans fil
  • la bibliothèque comme espace communautaire

Si certaines communautés offrent leurs soutiens à leurs bibliothèques publiques et ils vont investir dans leur développement, voir même l’implantation des nouvelles bibliothèques, dans autres communautés nous observons une érosion des services de bibliothèque publique à cause de manque de financement. Pour sauver d’argent, les administrations locales vont réduire le nombre du personnel, ou ils vont les remplacer par des personnels non qualifiés. Certaines bibliothèques vont voir leurs horaires réduits et dans certains cas ils sont fermés.

Au Québec, en novembre 2012, le gouvernement a annoncé un investissement de 100 M$ dans les bibliothèques de Montréal. Une excellente nouvelle pour le monde des bibliothèques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


five × 9 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>